PÉDAGOGIE EN BABY-GYM  

La BABY MINI GYM contribue au développement général de l'enfant sur le plan moteur, affectif et cognitif. Elle utilise les particularités des activités gymniques sur un mode ludique, le jeu étant une nécessité vitale pour l'enfant. L’approche pédagogique dans cette activité doit être particulièrement respectueuse des rythmes de l'enfant. En l'occurrence, entre 2 et 6 ans, l'enfant a besoin de mouvements mais aussi de repos, de se mesurer au risque tout en étant sécurisé, d'imiter l'adulte tout en assouvissant son désir de découverte. Dans ce sens, les activités gymniques sont diversifiées, attractives, évolutives et sécurisantes, et basées sur la notion de réussite de l'enfant.

On cherchera à développer chez l’enfant le sens de l’équilibre, la coordination des mouvements, la souplesse, la force et la confiance en soi, pour favoriser l’autonomie, les capacités psychomotrices et la socialisation.

Approche constructiviste de l’apprentissage

 

L’apprentissage passe par 3 phases :

  1. DÉCOUVERTE

  2. APPROPRIATION

  3. RENFORCEMENT

 

1. Découverte

 

La 1ère étape de l’apprentissage doit permettre aux enfants de vivre des situations de découverte.

Cette pédagogie se justifie à travers les « théories écologiques » qui stipulent que l’apprentissage est plus efficient (intégration mentale et transfert) lorsque la réponse motrice provient d’une adaptation personnelle à l’environnement matériel et humain.

Il s’agit de proposer une situation d’apprentissage sans fournir de réponse motrice, on ne donne pas de mode d’emploi : l’enfant doit trouver sa propre réponse motrice et l’adapter si nécessaire. Nous n’intervenons pas ou peu, nous nous contentons d’assurer sa sécurité.

 

Cela revient à un apprentissage par essais et erreurs

Il faut accepter que l’enfant puisse se tromper, et ne pas faire ce qui est attendu. Il pourra essayer des choses différentes à chaque passage. Il n’y a pas de réponse motrice exacte, la meilleure est celle que l’enfant trouve par lui-même.

 

Cela rend cet apprentissage coûteux et plus lent, demandant plus de patience, mais il est beaucoup plus efficace qu’un apprentissage par stimulation-réponse (montrer le geste et le faire reproduire permet des acquisitions rapides, mais le transfert dans d’autres situations est pratiquement nul).

 

La découverte passe aussi par l’observation. Un enfant qui ne participe pas mais regarde la séance est déjà en train d’apprendre. Il reproduira les mouvements plus tard, parfois à la maison.

2. Appropriation

 

La 2ème étape à considérer pour l’apprentissage est le type de tâche : il est nécessaire de varier la tâche et de modifier l’environnement dans lequel elle est exécutée. L’enfant réalise la même figure dans des situations différentes. Une même figure sera réalisée plusieurs fois dans le parcours, mais dans de façon différente.

 

3. Renforcement

 

La 3ème étape est la répétition.

Afin d’acquérir les habiletés motrices désirées, l’enfant a besoin de pratiquer de façon répétitive la même tâche.

Un automatisme est un mouvement qui est d’abord appris de façon volontaire et qui par répétition devient automatisé. L’enfant fait la même action sans en avoir conscience, sans porter son attention sur l’action.

Les répétitions de tâche se font au cours de la séance, et d’une séance à l’autre. C’est pour cela que le parcours pourra rester le même pendant plusieurs séances. Cela a aussi l’avantage de rassurer l’enfant.

Et concrètement pour les parents :

 

Le parcours permet d’alterner des situations avec prise de risque (contrôle des émotions), des situations rassurantes (perception de son corps), de répéter les tâches.

 

  • Pendant les séances, alternez entre :

- Laisser votre enfant trouver sa réponse motrice tout en assurant sa sécurité

- Le guider en lui suggérant une façon pour franchir l’atelier

- Le manipuler pour lui faire réaliser la figure

 

  • Essayez de lui de faire faire plusieurs fois le parcours dans la séance, pour permettre un nombre de répétitions suffisant. Si toutefois l’enfant ne réalise qu’un seul tour, cela n’est pas grave puisque les répétitions de tâche se font sur plusieurs séances, et que le parcours permet souvent de réaliser une même figure plusieurs fois mais différemment.

 

  • La baby gym doit permettre à l’enfant de comprendre les règles de socialisation (respect des consignes, du parcours, des autres…)

 

  • Proposer sans jamais forcer (sauf quand il s’agit de sécurité et de respect des règles)

 

  • N’hésitez pas à participer (notamment pendant l’échauffement) pour aider votre enfant à se mettre en action

 

  • Encourager, valoriser votre enfant

 

  • Et surtout profiter de ce moment d’échange

Objectifs de la baby-gym la 1ère année :

Découverte de l’activité, réalisation de nouvelles figures dans des situations variées, développement de nouvelles habilités motrices, compréhension du fonctionnement et du parcours, assimilation des règles.

 

Objectifs de la baby-gym la 2ème année :

Stabilisation des apprentissages antérieurs, aisance dans les habiletés motrices, réalisation de nouvelles figures plus complexes avec l’aide d’un adulte, autonomie dans le parcours et sur les ateliers maîtrisés, respect des consignes.

Sens'ass - Les Belleville

 

Siège social:

8, rue des Rudes Plantes

78570 Chanteloup les Vignes

laetitia.viconeyret@gmail.com

 

Tel: 06 60 83 47 34

This site was designed with the
.com
website builder. Create your website today.
Start Now